Connaissez-vous le boulet de Metz ?

Publié le : 27 avril 20223 mins de lecture

Composés d’une paire de biscuits fourrés de crème chocolat, pâte d’amande chocolat, caramel croquant, noisettes et leur enrobement de chocolat, les Boulets de Metz sont authentiques. Depuis 1995, Gilles Dalmar a hérité de la recette traditionnelle et le chocolatier est devenu le titulaire de la marque.

Une gourmandise au goût unique

Le boulet de Metz est une grosse boule ronde composée d’une fine couche de chocolat et d’éclats de noisettes brûlées sur du caramel. Ce dernier recouvre une délicieuse pâte d’amande sur un biscuit fourré à la ganache. Cette confiserie est un vrai régal l’après-midi avec une tasse de café ou de thé, selon les goûts. Mélangeant la gourmandise du gâteau et le régal du chocolat fin, le boulet de Metz se déguste à toute heure. L’aspect et le nom de cette spécialité, qui fait penser à une boule de canon, font en fait référence à une chanson créée en l’honneur d’un artilleur messin et donc à la tradition militaire de la circonscription mosellane.

La petite histoire des fameux boulets de Metz

Le boulet de Metz a été inventé par un pâtissier messin nommé Léon Bohr en 1934. Ce dernier voulait faire une confiserie qui rappellerait un boulet de canon, en référence à une célèbre chanson de l’entre-deux-guerres sur un artilleur de Metz. 60 ans plus tard, nancéien d’origine, Gilles Dalmar débarque à Metz. Une fois le tour de France effectué, il cherchait à s’installer. Il pensait à Nice, mais c’était financièrement inaccessible pour lui et Nancy n’était pas vraiment le lieu idéal. Enfin, il est tombé sous le charme de cette pâtisserie avenue de Nancy ayant appartenu pendant plusieurs années à l’héritier de cette fameuse recette de Léon Bohr. Il a alors acheté simultanément la marque et le magasin.

Les secrets de la recette traditionnelle des boulets de Metz

La recette commence bien sûr par la réalisation d’une sorte de biscuit à la cuillère en forme de chou. Il est dressé sur une plaque et passe au four, sous une cuisson douce. Pendant ce temps, préparer une ganache au chocolat noir relevée d’une liqueur d’orange. Les boulets de ganache seront enrobés entre deux moitiés de chou, une fois qu’ils auront refroidi. La pâte de biscuit, ainsi constituée, est ensuite enduite d’une généreuse pâte d’amande, avant d’être trempée dans un caramel blond liquide et roulée dans des pépites de noisettes grillées. Une fois que la boule a durci, elle est plongée dans un coulis de chocolat.

Quels secrets les maîtres chocolatiers cachent-ils derrière leurs tablettes ?
La truffe en chocolat, une délicieuse symphonie de textures et de saveurs

Plan du site